EON: Interview de l’équipe

Posted by on 17 Déc 2010 in Interviews, Planet, Supervision | 1 comment

Bonjour la communauté EON, Pouvez-vous vous présenter ?

Michael : Consultant et directeur de projets d’infrastructure grands comptes à l’international le jour, je suis à l’origine du projet EON et je continue à faire l’agitateur d’idée. Trop occasionnellement, je continue à mettre la main à la pâte.

Jérémie : Consultant Avant Ventes / stockage SAN et NAS. Contributeur technique EON à de TROP rares occasions. Développeur du gestionnaire d’évènements et du module de génération de rapport.

Sébastien : D’abord technicien puis administrateur système et réseau au sein d’un organisme dépendant d’un ministère. A l’heure actuelle je suis chargé de la validation de projet, soutien et dépannage de ces derniers. Du côté de la communauté je participe activement au forum notamment dans le cadre d’aide à l’utilisateur et aussi aux phases de test des différentes versions de EON incluant la documentation (mais la il faudrait rallonger les journées)…

Jean-Philippe : Responsable d’offres Open Source et supervision le jour, je suis côté communautaire en charge des infrastructures autour du projet (build, dev, serveurs web), du packaging de la solution et d’une partie des développements web.

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots EON ?

JPL : Une appliance logicielle réunissant autour des processus ITIL les outils Open Source reconnus dans le domaine de la supervision.

MA: Je partage entièrement la définition de Jean Philippe. J’ajouterais que l’ambition n’est pas d’obligé les utilisateurs à coller complètement à l’ITIL. En revanche, EON fournit de manière pragmatique des usages conformes aux propositions de pratique de l’ITIL. C’est une solution faite pour aider le pilotage au quotidien comme dans les moments de crise. EON n’est pensé, ni pour les maniaquo-technophiles ni pour les consultants GMKP, mais bien pour les DSI, les Administrateurs et les Techniciens.

SEB : Une solution tout en un embarquant des outils reconnu dans la supervision, en effaçant le côté obscur « Linux » qui malheureusement effraie encore.

Quelles ont été vos motivations pour lancer ce projet ?

JPL : Simplifier la mise en œuvre de la supervision en offrant une solution packagée respectueuse de chacun des projets embarqués.L’autre point majeur était d’offrir une solution sous forme d’appliance logicielle rendant agnostique la mise en œuvre d’un système Linux de supervision.

MA: Pas mieux 😛

SEB : Idem j’ai le droit ???

Quel public vise EON ?

JPL : On constate aujourd’hui que la solution touche un public professionnel de plus en plus large :

  • Utilisateurs d’outils disparate de supervision avec la volonté de consolider l’ensemble
  • Adeptes à l’origine des solutions lourdes désirant aujourd’hui plus de souplesse et moins de coûts
  • Administrateurs Nagios brut ayant la volonté d’étoffer la supervision

MA: Je partage la vision de Jean Philippe. Aussi, pour étoffer l’approche je vais choisir une lecture différente de la question à savoir; Au sein d’une organisation, quel public est visé ?

  • Techniciens: Les techniciens peuvent avoir accès aux informations qui les concernent. Cela sous entant la mise en œuvre de filtres et de droits qui sont une modélisation pragmatique des workflow de l’organisation. Ils peuvent également organiser leur travail grâce à des fonctionnalités de collaboration très humble mais faciles et pratique.
  • Administrateurs: Les administrateurs qu’ils soient centraux ou périphériques trouvent, en plus des mêmes facilités que les techniciens, des outils plus fin d’analyse de performance, et de logs. De plus, EON simplifie leur « mâtinés » en ayant un bac évènementiel orienté incident qui s’auto-acquitte sur retour à la normal. Ainsi, les procédures d’exploitation du matin s’en trouvent largement allégés.
  • Les DSI trouvent la possibilité de superviser leurs équipements, leurs services et les applications. Ils ont ainsi la possibilité de contrôler le respect des SLA qu’ils soient internes ou externe. Ils ont aussi des cartographies très simples d’usage leur donnant la vision de l’état des applications et des infrastructures. Ils ont également des vues d’ensemble sur les performances consommé leur permettant un pilotage plus fin des investissements et du capacity planning.

SEB : D’une manière simpliste EON s’adresse à toute personne imbriqué de près ou de loin dans la supervision débutante ou confirmé.

– Qu’est-ce qui démarque EON par rapport à d’autres solutions de Supervision Libre ?

JPL : Modularité de l’appliance permettant aux utilisateurs de personnaliser le produit à leur métier et de réutiliser leurs outils complémentaires.

MA : Nous partons sensiblement des mêmes produits, les différences ne sont donc pas sur les capacités des outils. Je pense que notre différence se situe dans la simplicité de l’outil qui le rend plus accessible à des personnes moins pointues techniquement que les administrateurs. Enfin, EON par son caractère Appliance logiciel est peut être aussi plus facile d’accès pour des « non » (L)unixiens.

SEB : Effectivement le fait de dédramatiser la partie « Linux » reste un atout fort…Tout en ne fermant pas la porte aux pointus : elle reste autant souple qu’évolutive.

Quelques points importants :

  • la disponibilité : Le système de sauvegarde embarqué permet de recréer un clone de la précédente installation très rapidement ce qui soulage pas mal de conscience 😛 !
  • La possibilité d’import de données externes comme les fichiers Nagios par exemple : Il est vrai que la peur de tout recommencer empêche certains de se lancer à « upgrader » leur solution. L’autodiscovery des équipements via lilac/nmap peut aussi répondre à ce problème.
  • la gestion d’incident
  • Contrôle d’accès : il est possible d’intégrer l’authentification au portail EON dans un domaine basé sur de l’AD ou du LDAP, intéressant d’un point de vue sécurité.

Suite à la sortie de votre version 2.2 embarquant LiveStatus comme backend par défaut ainsi que la publication votre Roadmap de 2011, quels vont être les atouts majeurs de la version 3.0 ?

JPL : Facilité la mise en œuvre du mode distribué et l’ouverture à d’autres moteurs de supervision.
La CMDB est également un axe qui nous intéresse de plus en plus du fait de la démultiplication des bases qui recensent les différents équipements du SI (Supervision, Inventaire, Tickets, ….)

MA: L’exhaustivité de la RoadMap 3.0 n’est pas encore atteinte. En effet, comme l’a dit Jean Philippe, nous réfléchissons activement à l’orientation CMDB. En plus de cela, nous intégrons beaucoup les réflexions des utilisateurs dans nos développements. Aussi, peut être que de nouvelles fonctionnalités verront le jour d’ici au freeze. Ceci étant, notre objectif à terme et d’inclure la Direction financière dans les profils d’utilisateurs EON. Pour ce faire nous aurons besoin d’une CMDB capable d’aider au pilotage des contreparties financières liées aux SLA et aussi d’aider à la valorisation financière du patrimoine du SI que ce soit en interne (Hardware, Software, Infogérance…) ou en interne (PrivateCloud on demand, Services aux applications…). La version 3.0 sera donc pour nous une version majeure à plus d’un titre.

Selon votre Roadmap 2011 annoncée sur votre site internet, nous avons remarqué un intérêt possible pour des projets comme Shinken, Fusion-Inventory, …, Qu’en est-il ?

JPL : Nous avons remarqués comme tous que l’évolution du projet Nagios Core est ralentie depuis quelques années pour diverses raisons. J’ai personnellement rencontré Jean Gabes lors d’une présentation EON avec qui nous avons longuement échangé sur le sujet. Shinken est une solution respectueuse de la philosophie originelle de Nagios qui en a fait son succès (cœur de la supervision permettant à d’autre projets de s’inscrire autour). Nous sommes donc prêt à inclure Shinken dans EON en laissant le choix à l’utilisateur de trancher.
Concernant Fusion-Inventory, notre objectif est bien sûr d’utiliser l’association avec GLPI mais aussi de faciliter la mise en œuvre de la supervision et à terme de la CMDB.

MA: Effectivement ces deux projets, parmi d’autres, sont au cœur de nos réflexions sur les fondamentaux de la version et des suivantes. Nous partageons de très bons rapports avec Jean Gabes et avec la philosophie de Shinken. Nous avons la chance d’avoir sous EON de très gros SI en exploitation et la perspective de pouvoir améliorer la performance de EON en substituant le très lourd Nagios (car nous favorisons les check actifs), par la Gazelle Shinken nous séduit. Au delà Shinken offre des perceptives fonctionnel que Nagios, handicapé par son design ancien aura du mal à suivre. Sur Fusion-Inventory, il est évident que c’est une brique majeure dans l’adoption d’un CMDB. A ce jour, nos utilisateurs nous communique un TCO de EON est plutôt faible. Je m’enthousiasme de cette remontée d’information car EON est pensé pour une maintenance et une exploitation minimaliste dans ce but précis. Si nous voulons efficacement répondre aux enjeux de pilotage des coûts au travers des éléments de demain (clouds, SaaS, PaaS…) il faudra que EON conserve cette simplicité. Si nous n’y prenons pas garde, nous risquons de tomber dans le travers des logiciels propriétaires de ce type qui coûtent, en étant un brin provocateur, un bras pour les licences, le deuxième pour l’intégration, une jambe pour l’exploitation, et la deuxième en maintenance ou en renouvellement. Le tout avec un ROI faible car grevé par des coûts d’utilisation souvent lourds (Interfaces vieillissantes, tempête d’alerte et de faux positifs…). Bref, le défit de la V3 s’avère très relevé et nous aurons besoin d’innovations tel que Fusion-Inventory pour y répondre de la façon la pratique pour nos utilisateurs.

SEB : EON doit s’adapter aux innovations mais aussi tenir compte de l’attente des utilisateurs, que ce soit au niveau de la performance ou de la pertinence !

Au vue des évolutions effectuées depuis la v1, pas mal de plugins sont arrivés et certainement d’autres suivront ! Shinken tout comme Fusion-Inventory sont très intéressant et mérite d’être étudiés/testés à ce titre. Le monde de la supervision bouge, innove, il faut en tenir compte et ne pas être « fermés ».

Quel est votre point de vue sur les évolutions récentes de la Supervision libre ?

JPL : Évolution constante, très dense et passionnante du nombre de projets et addons (Nagios, Icinga, Shinken, Livestatus, NDO, Nrpe, Nsca, NagiosBP(I), Centreon, EyesOfNetwork, FAN, Zabbix, Zenos, …).
Nous avons la chance en France d’avoir de beaux projets et une communauté qui permet d’y voir plus clair en étant informé rapidement (Merci à vous ;-p).

MA: Sur le constat général je rejoins Jean Philippe, et je pense que l’utilisateur gagne à cette saine émulation. Pour les épiphénomènes tel que l’intégrisme, l’idiosyncrasie égotique, ou le mercantilisme, je pense que le Libre est ces acteurs n’ont rien à y gagner. Ne perdons jamais de vue que notre philosophie se heurtent à des intérêts convergeant et parfaitement structuré. Il est donc important de garder à l’esprit que chaque initiative est importante. Je ne sais pas désigner le grain de sable important d’une plage. Mais, je sais la montrer et la vanter.

SEB : Pour l’analyse je rejoins JP et Mike, j’espère aussi que ces projets vont se consolider sans perdre de vue leurs objectifs premiers : la supervision. Pour se consolider les avis, suggestions, retour d’expérience sont important,…juste un petit (r)appel pour que la communauté continue de bouger et merci à eux !

Un mot pour conclure ?

JPL : Merci encore pour cette interview et rendez-vous sur le forum EON.

MA: Merci à l’équipe de Monitoring FR de nous offrir une si belle occasion de présenter notre projet et notre démarche.

SEB : Merci à vous de nous avoir permis de présenter un peu mieux EON !!!

One Comment

  1. 17-12-2010

    Clap Clap Clap, merci à l’equipe de EON d’avoir répondu à nos questions.

    David

Trackbacks/Pingbacks

  1. the EON community shows interest for FusionInventory | FusionInventory - [...] more details read the interview of the EON community by monitoring-fr (in [...]