Réponse à la lettre ouverte de Cédric Temple

Posted by on 13 Mar 2015 in Communauté, Professionnels, Supervision | Commentaires fermés sur Réponse à la lettre ouverte de Cédric Temple

Cédric, nous avons lu avec attention l’article de blog que tu nous as ouvertement adressé suite à l’un de nos tweets. Ce tweet est celui qui t’a interpellé sur pourquoi nous n’avons pas fait d’article sur le changement de nom de la société Merethis en Centreon. Nous allons répondre avec un peu plus que 140 caractères pour éclaircir ceci.

Ne pas parler des entreprises est-ce un tort ?

Pour moi, le raisonnement ne tient pas. Plusieurs raisons me poussent à penser que Monitoring-Fr devrait parler des entreprises qui éditent des logiciels libres de supervision.

Un projet Open Source peut se découper de la manière suivante :

  • Le développement du projet Open Source (porté par les développeurs)
  • La Communauté qui porte et pousse le projet en avant.
  • Le Business (optionnel) si le projet est porté par une société éditrice

La ligne éditoriale de Monitoring-FR a toujours été claire. Nous ne parlons aucunement de la vie des sociétés car elles sont liées à une activité Business & Marketing du projet. Même si ces entreprises nous aident en tant que sponsors et que nous connaissons personnellement leurs dirigeants, nous ne voulons aucunement parler des aspects liés à l’activité Business de l’entreprise pour ne pas influencer nos lecteurs et garder une ligne éditoriale neutre.

Si une entreprise éditrice d’un logiciel libre de supervision fait du très mauvais travail, change les licences de ses logiciels, arrête le développement de la partie libre pour forcer ses utilisateurs à migrer vers une version fermée (ou payante), j’imagine que Monitoring-fr informera ses membres. Je ne conçois pas que ce ne soit pas le cas, car cela impactera le projet libre. Je crois me souvenir que cela a d’ailleurs été fait (et très bien fait!) par le passé 🙂

Nous ne sommes pas totalement en accord avec ça. A l’époque pour le dit « exemple » dont on taira le nom, nous nous sommes toujours placés du côté et de l’intérêt du projet et non de la vie de la société. Nous avons pointé du doigt les mauvais choix fait par le créateur du projet.

Qu’attend la communauté envers Monitoring-FR ?

Nous avons toujours défendu une ligne éditoriale orientée sur les projets Open Source seulement. Ce n’est pas par volonté d’exclure les entreprises investissant dans les solutions Open Source. Nous désirons rester le plus neutre possible pour que nos lecteurs n’aient pas la perception que l’on soit influencé par celles-ci.

De suivre l’activité de ces entreprises demanderait un flux éditorial plus soutenu car il faudrait suivre :

  • l’évolution de ces entreprises
  • Interview potentielles
  • les sorties des modules sous licences
  • etc…

Ce n’est pas que ces sujets ne nous intéressent pas car ils pourraient donner une meilleure visibilité aux entreprises sur les choix stratégiques de ces éditeurs logicielles mais ceci demande du temps, des rédacteurs; ce que nous manquons cruellement. Nous ne l’avons jamais caché et nos appels à contributeurs sont souvent restés sans réponse… Donc difficile de développer ou faire évoluer notre flux éditorial. Aujourd’hui, Monitoring-FR, c’est 1 ou 2 rédacteurs d’articles… Un peu léger pour couvrir la totalité des projets et garder une réactivité de parution des articles.

En fait, je crois que Monitoring-fr devrait assumer beaucoup plus sa position : représentant des utilisateurs français des logiciels libres de supervision. Ceci est une position très forte qui leur confère des devoirs : informer leurs membres des changements qui se produisent autour des logiciels de supervision libre. Monitoring-fr doit parler et parler des sociétés qui travaillent dans la supervision libre.

Nous n’avons pas la prétention de représenter qui que ce soit et n’avons d’ailleurs reçu aucun mandat en ce sens. A la base, Monitoring-FR est une bande de potes issues de la supervision Open Source qui ont voulu rassembler différents experts passionnés par la supervision Open Source tels que Olivier Jan, Romuald Fronteau, Nicolas Hennion (alias Nicolargo), Pierre-Yves Dubreucq, Olivier Li-Kiang-Cheong, Anthony Paradis, David Guénault, Jean Gabès, Raphael Bordet (alias Surcouf), Pascal Legrand, Tony Bassette, Charles Judith, Eric Coquard, toi et bien d’autres encore pour pouvoir monter un superbe projet éditorial afin d’informer les internautes sur les possibilités réelles d’intégrer une solution de supervision Open Source en Entreprise. Le but étant que l’information sur la Supervision Libre Francophone soit représentée ici même et non dispersé à droite ou à gauche. La sauce n’a jamais pris malgré nos demandes à contributions.

Nous avons toujours invités les gens à participer à la rédaction d’articles à hauteur de leurs possibilités. Nous avons même des personnes des sociétés Centreon, Somone qui ont participé à la rédaction d’articles pour potentiellement palier au manque que l’on a (vu que nous faisons ceci sur notre temps libre comme tous et que parfois la vie professionnelle empiète sévèrement sur notre activité).

Monitoring-fr est la mieux placée pour interroger les entreprises

Qui peut mieux que monitoring-fr pour interroger les entreprises sur leurs outils, leur politique, leur futur, leurs intentions? Si une question gênante doit être posée à une entreprise, par qui est ce qu’elle pourra être posée sinon par les représentants de la communauté Monitoring-fr? D’ailleurs, la société va-t’elle avoir plus envie de répondre à une personne isolée plutôt qu’à un représentant d’une communauté composée de plusieurs milliers d’utilisateurs?

Nous avons peut être une vision modeste de ce qu’est Monitoring-FR, du message que l’on véhicule et de ce qu’attend la communauté de nous… Mais nous ne pouvons pas offrir plus pour les raisons citées ci-dessus.

Nous sommes toujours ouverts à accueillir du monde pour publier des articles et réaliser notre projet initial.

Read More

Un cocktail de rentrée pour bien superviser votre site web

Posted by on 27 Août 2014 in Astuces, Nagios, Planet, Supervision | 1 comment

Après la gueule de bois des vacances, je vous propose de reprendre en douceur avec une recette de cocktail dont vous me direz des nouvelles ! 😉

Interne ou externe, telle est la question ?

Aujourd’hui, bon nombre d’entreprises confient l’hébergement de leurs sites web à des professionnels de la toile et de plus en plus externalisent certaines de leurs applications dans le cloud. L’avantage est que l’entreprise ne porte plus la responsabilité de l’interruption de service et le cloud peut avoir un attrait financier. D’un autre côté, elle perd en maîtrise de la surveillance, mesure de performance de ses applications externalisées. Le « hic » à tout ça, c’est que les entreprises sont obligés de faire confiance aux rapports fournis par leurs fournisseurs de service. Est-ce bien objectif ?

Des moyens pour les challengers existe avec de la supervision provenant de son propre S.I (check http via proxy, du robot scénarisé avec cucumber, watir, sélénium, …) mais ceci n’est pas ce qu’il y a de plus fiable. Ce contrôle n’est réalisé que d’un seul point et est biaisé par rapport à l’expérience de vos utilisateurs.

Et oui, il faut passer par le proxy, la connexion internet de l’entreprise qui peuvent eux-mêmes avoir une interruption de service et ainsi perturber les SLA. De plus, ceci ne correspond pas toujours au chemin réel pris par vos visiteurs ou utilisateurs.

Le moyen le plus sûr est l’abonnement à un service de supervision « Cloud »; gratuit éventuellement si les besoins sont modestes. Ce service va jouer un rôle d’arbitre entre le ressenti de l’entreprise et les données fournies par un professionnel de la toile. Ceci vous permettra de le challenger afin de contrôler si les engagements sont bien tenus.
Mais là, autre « hic », comme tous services cloud, une console de Supervision en ligne vous apportera l’inconvénient de ne toujours pas avoir une maîtrise totale sur les données produites par celle-ci. Vous bénéficiez de rapports « standardisés » fournit par ce service et qui ne correspondent pas forcément à votre besoin ou même votre métier.

Vous allez me dire : « Je veux avoir la maîtrise de mes données afin de pouvoir les traiter, corréler et représenter avec les solutions interne de mon entreprise !!! »

Et je vous réponds, maintenant c’est possible !

Comme certains d’entre vous ont pu le voir passer sur la toile ou les réseaux sociaux, l’équipe de Check My Website a publié il y a quelques temps un plugin de supervision pour plateforme « Nagios-like » (Nagios, Centreon, Icinga, Shinken), disponible sur github en libre téléchargement.
Check my We’bsite  est un service en ligne de supervision de sites, applications web se trouvant dans le cloud. Je vous laisse faire connaissance avec eux sur cet article
La console étant à l’heure actuelle en bêta ouverte au public avant la commercialisation du service, j’ai réalisé un test d’intégration d’une sonde « Check my Website » sur ma plateforme Nagios/Centreon.

S’abonner à Check my Website

Premièrement, il faut que créer un compte sur la console CheckMyWebsite.

Après, il vous suffit en 2/3 clics d’ajouter l’URL à superviser.
Une fois que la supervision de votre site est effective, direction votre plateforme de supervision « Nagios-like »

Installation & configuration de votre Supervision interne

Une fois le plugin « Check my Website » installé sur votre plateforme, vous n’avez plus qu’à configurer une commande Nagios qui appelle votre plugin et de mettre en place votre sonde.

2014-08-07_12h41_26

Vous avez maintenant vos données d’incidents et de performance qui remontent dans votre console interne. Le plugin remontent comme données de performance :

  • Temps de réponse des différentes « locations » d’où est interrogé le site Web
  • Temps de réponse moyen du site web
  • Temps de chargement de la page web (Mesure YSlow)
  • Notation YSlow

La cerise sur le gâteau

On pourrait se contenter déjà de ce qui a été fait, mais j’ai été poussé le vice plus loin encore. Utilisant CANOPSIS comme solution de dashboard, je me suis dit, « Pourquoi pas me faire un tableau de bord représentant l’activité de mon site sous surveillance ? »
Voici un résultat possible que j’ai produit avec les données de ma sonde Check my Website

2014-08-07_12h39_23
2014-08-07_12h39_38

 

Alors convaincu ?

Read More

Packetbeat : Espoir pour l’APM Open Source ?

Posted by on 23 Juin 2014 in Planet | 1 comment

L’APM (Application Performance Management) est la surveillance et la gestion des performances des applications. Ceci permet de détecter et de diagnostiquer d’où provient un problème de performance pouvant dégrader le niveau de service rendu aux utilisateurs.

Ce que l’on constate, c’est que dans le domaine de l’APM, les éditeurs règne en maître car il n’y a aucun projet sérieux dans le monde de l’Open Source capable de les concurrencer. Pour mettre intéressé aux sujets, si vous partez sur les solutions éditrices, la facture montent très rapidement car le système de licence se fait aux nombres d’agents déployés et à la technologie à « renifler ». Effectivement bons nombres utilisent des agents de type « sniffeur » de trames réseaux positionnés à différents endroits de votre S.I (BDD, Serveur applicatif, Serveur Web) pour mettre le doigt sur le point de contention de vos applications.

Ceci accélère grandement le diagnostique et évite le fameux jeux du « J’te renvoie la balle » :

  • Applicatif : Ce n’est pas l’appli, ce sont les machines.
  • L’infra : Ce n’est pas les machines, c’est peut être le réseau
  • Réseau : Non, le réseau n’a pas de souci, c’est surement l’appli

Vous le connaissez hein ?

Le projet Packetbeat a attiré notre attention sur les réseaux sociaux il y a quelques semaines. Cette solution basée sur les briques technologiques du moment (ElasticSearch & Kibana) propose le même système que ce que propose les éditeurs aujourd’hui. Le Framework Kibana propose une restitution visuelle assez impressionnante. Pour le moment, la solution propose la possibilité de « sniffer » les protocoles suivants : HTTP, MySQL, PostgreSQL, Redis.

Packetbeat Statistics

Vous pouvez l’installer sur votre distribution préférée grâce aux packages à disposition.

Une démo est disponible ici et le projet est ouvert aux propositions pour interroger de nouveau protocole.

Pourquoi pas leur proposer Oracle, Citrix, Java et bien d’autres ? A vous de jouer 😉

Read More

Icinga : La version 2.0 est arrivée

Posted by on 20 Juin 2014 in Icinga, Planet | Commentaires fermés sur Icinga : La version 2.0 est arrivée

L’équipe du projet Icinga vient d’annoncer après 20 mois de travail la sortie de la version 2.0 en version stable. Cette nouvelle version apporte un beau petit lot de nouvelles fonctionnalités afin de vous faciliter la vie.

L’équipe annonce avoir fait tourner sur cette machine 1 million de contrôle actif pour 60000 hôtes supervisés.

Le système d’installation a été revu afin d’éviter d’avoir un niveau de compétences trop élevées (souvent critiquer par les débutants à la supervision) pour faire de votre plateforme une petite bombe de performance pour votre périmètre. Ceci est rendu possible avec la commande ‘icinga2-enable-features’.

Il va de même pour la mise en place d’une plateforme en haute-disponibilité et distribuée, il vous suffit d’activité la fonctionnalité « Icinga cluster ». Le cluster Icinga 2 gère de manière autonome la répartition de charge, les notifications et les mises à jour de la base de donnée à l’aide de réplication temps réel afin de ne pas perdre une miette de votre configuration.

Un dernier élément qui peut vous convaincre de passer à Icinga 2, ils ont facilité le processus de migration pour limiter les risques qu’entraîne une migration grâce à un script de validation de configuration pour déceler les problèmes potentielles.

Vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire ! Des VMs sont mise à votre disposition pour vous faire une idée sur cette nouvelle mouture 😉

Read More

Bilan du salon Solution Linux 2014

Posted by on 23 Mai 2014 in Communauté, Conférences & Salons, Planet, Supervision | Commentaires fermés sur Bilan du salon Solution Linux 2014

Cette mouture 2014 ne déroge pas à la règle. Le salon fût bon même s’il n’a durée que 2 jours. Nous avons eu beaucoup de visiteurs sur le stand. Mais cette année, nous avons un public qui se pose une question … Nagios, faut-il encore s’y intéresser ou le choisir comme solution de Supervision Open Source.

Sur ce point, ne cachons pas que nous avons affiché un avis mitigé. Pas tant du point de vue de la performance ou sur sa mission à répondre à votre besoin mais plus sur l’orientation que prend le projet avec sa communauté. Faut-il s’obstiner à continuer sur Nagios ? Je vous dirai que seul ce choix vous appartient. De toute façon ne vous inquiétez pas, une solution de la popularité de Nagios ne s’arrête pas du jour au lendemain mais il est sûr que nos yeux se sont déjà rivés sur les solutions qui désirent aller de l’avant, être source d’innovation, être en cohérence avec le fonctionnement des DSI d’aujourd’hui et être à l’écoute de sa communauté.

Pour ceux qui sont venus, vous avez pu voir une démo de Canopsis issue de la dernière version de la branche stable. Pour ceux qui n’ont pas pu faire le déplacement, voici quelques captures de ce que nous avons présenté.

Tableau de bord de Ticketing

Capture d'écran de 2014-05-22 20_02_46

Tableau de bord applicatif

Capture d'écran de 2014-05-22 20_29_30

Capture d'écran de 2014-05-22 20_28_51

Galeries des Widgets

Capture d'écran de 2014-05-22 20_29_59

Vous avez pu voir tourner une démo de ce nous vous avons parlé récemment : ELK Stack (ElasticSearch, Logstash & Kibana) pour la centralisation des logs et une démo du couple Graphite & Grafana pour la métrologie.

elk

Cette année, nous avons eu l’heureux plaisir d’avoir la présence de Zabbix sur le salon et je vous avouerai que nous avons pu constater que des efforts sont réalisés afin d’améliorer l’interface. Nous avons eu une discussion avec l’équipe de Zabbix concernant la faisabilité de développer un connecteur Zabbix pour Canopsis. L’équipe est très enthousiaste si ce projet voit le jour surtout que techniquement les API de Zabbix sont capable de restituer du JSON … Ca tombe bien, le JSON est ce qu’il faut envoyer à Canopsis … Wait and see comme on dit 😉

Il y a eu aussi beaucoup de questions sur le projet Shinken, où en est le projet, vers où veut-il aller ? Ne vous inquiétez pas, nous vous préparons quelques choses sur le sujet pour bientôt.

Nous sommes déjà pressé d’être à l’année prochaine.

 

P1110189

P1110193

P1110213 - Copie

P1110244 - Copie

P1110255 - Copie

P1110271 - Copie

P1110339 - Copie

P1110402 - Copie

Read More